hörbert au pied d'un arbre au fond de la forêt

1ère partie : Salutations d’Utopie : un monde sans plastique ?

Imaginez-vous :

Des paysages purs. Des rivières et des mers qui offrent un espace pour une vie saine sur terre et dans l’eau. Un air et de l’eau potable débarrassés des agents toxiques contenus dans les déchets plastiques. C’est une vision idyllique. Malheureusement, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant de voir un monde sans plastique.

Saviez-vous, …

  • que nous produisons environ 400 millions de tonnes de plastique par an dans le monde ?
  • que chaque année, près de dix millions de tonnes de déchets plastiques atterrissent dans les fonds marins et qu’on estime à 86 millions de tonnes la quantité totale de plastique qui se trouve actuellement dans la mer ?
  • que les déchets plastiques forment d’immenses tourbillons, et que l’un d’entre eux, dans le Pacifique, a quatre fois et demi la superficie de l’Allemagne ?
  • que plus de 3 000 espèces animales à travers le monde souffrent et meurent sous nos déchets plastiques ?
  • que la Méditerranée ; bien qu’elle représente seulement un pour cent du volume des eaux mondiales ; héberge sept pour cent des microplastiques de la planète ?
  • que ces (micro)plastiques nocifs pour la santé finissent dans nos assiettes par le biais de la chaîne alimentaire ?
  • que l’Allemagne est le troisième plus gros exportateur de déchets plastiques derrière les États-Unis et le Japon ?
  • que les produits en plastique tels que le chewing-gum, les filtres de cigarette, les gobelets, les couverts, les pailles, etc. ne se décomposent pas ou alors seulement des siècles plus tard ?
  • que les émissions de CO2 d’une chemise en polyester s’élèvent de 3,8 à 7,1 kilogrammes ?
  • que Coca-Cola produit 88 000 000 000 de bouteilles en plastique à usage unique par an et que ces 88 milliards de bouteilles alignées représentent un trajet de 31 allers-retours vers la lune ?
  • que le commerce du plastique est très lucratif pour les entreprises présentes à l’international ? Cela vaut pour la fabrication d’emballages ou de produits en plastique comme pour l’exportation des déchets plastiques à l’étranger.

Dans cet article de blog, nous abordons quelques-unes des raisons qui sous-tendent la crise du plastique.
À partir de la semaine prochaine, nous présenterons à un rythme hebdomadaire un domaine de notre quotidien dans lequel nous sommes confrontés au plastique et pour lequel nous aimerions montrer comment éviter le gaspillage « à petite échelle » et changer son mode de pensée.

Le recyclage, une panacée ?

Nous trions consciencieusement nos déchets et pensons agir ainsi positivement, puisque le recyclage est là pour éliminer nos déchets plastiques. Mais l’amère vérité est que non seulement nous ne recyclons pas la plus grande partie des déchets que nous produisons, mais qu’en plus nous les expédions vers des pays comme l’Asie du Sud-Est. Là-bas, les décharges débordent et les déchets plastiques atterrissent dans la nature, puis dans les fleuves et finissent dans la mer.

Mais pourquoi y a-t-il autant de produits en plastique et pourquoi continue-t’on à en fabriquer ?

Dans la seconde partie du vingtième siècle, l’industrie pétrochimique constata qu’on pouvait fabriquer des matières synthétiques à partir de déchets pétroliers et gazeux à moindre coût. Un puissant lobby industriel émergea, qui ne cesse depuis lors de fomenter la demande en matière plastique. La consommation de masse croissante de la fin des années 1950 et la perspective de conquérir de nouveaux marchés lointains conduisit l’industrie à trouver des moyens d’économiser de l’argent. Les chaînes d’approvisionnement furent simplifiées et se mirent à fabriquer des emballages et des bouteilles jetables après utilisation. Ce fut un premier pas vers notre mentalité actuelle du tout jetable.

La discussion prend toujours la même tournure, à savoir qu’il faut recycler toujours plus. Ce qui, en soi, est logique car nous devons recycler et réutiliser des matières premières précieuses et rares telles que le gaz naturel et le pétrole brut. Cette logique pose cependant problème puisque nous ne pouvons pas recycler autant que nous injectons de plastique sur la planète. Et puisque pour des raisons économiques, on ne recycle pas autant qu’on le pourrait. Il est en effet moins onéreux d’expédier les déchets. Des torrents de déchets sont déplacés en Asie où certains pays en sont devenus dépendants. Ces pays profitent financièrement de nous débarrasser de nos déchets.

Cette situation ne peut cependant perdurer très longtemps.

En 2018, la Chine a décrété un arrêt d’importation concernant les déchets plastiques. En 2019, la Malaisie et d’autres États asiatiques ont également annoncé un arrêt d’importation des déchets plastiques.

Que pouvons-nous faire face à la crise du plastique ?

En tant que consommateurs, nous pouvons lutter contre cette situation déplorable en utilisant moins de produits et d’emballages en plastique. Et surtout en nous efforçant au niveau politique à stopper la production de plastique à la source. L’industrie du plastique, qui est en fait la vraie coupable en arrière-plan, doit prendre part aux coûts environnementaux et aux taxes sur le pétrole et le gas naturel. Les plus gros fabricants de plastique sont ExxonMobil, BASF, Eni, INEOS et Dow. Avec leur presque 420 milliards de chiffre d’affaires, ils dominent le marché mondial du plastique. Ils planifient d’augmenter encore la production dans les années à venir. Les réserves quasi illimitées et peu coûteuses du pétrole et du gaz naturel (comme la fracturation hydraulique bon marché des États-Unis) garantissent un faible niveau de recyclage et empêchent une véritable économie circulaire de se mettre pas en place. Des géants de biens de consommation tels que Procter & Gamble, Unilever, Nestlé, Coca-Cola und PepsiCo en sont les acquéreurs reconnaissants.

Il reste cependant une lueur d’espoir à l’horizon bouché par les déchets plastiques :

De plus en plus de personnes sont actives à travers le monde. Il existe de nombreux groupes d’activistes qui protestent ouvertement contre les grosses entreprises. Les consommateurs protestent en ligne. De plus en plus de gens et des villes entières même vivent selon le principe du zéro déchet ou tentent au moins de générer moins de déchets plastiques. Il faut combattre le problème à sa racine.

Le Conseil de l’Union européenne a décidé en mai 2019 d’interdire le plastique jetable. L’application de ce décret prendra effet à compter de juillet 2021 dans l’ensemble de l’Union européenne. Cette interdiction concerne par exemple

  • les pailles
  • la vaisselle à usage unique
  • les coton-tiges
  • les tiges à ballon
  • les agitateurs
  • les emballages en polystyrène expansé utilisés notamment pour servir les boissons ou les plats chauds à emporter.
  • mais aussi les plastiques dits « oxo-dégradables » auxquels sont ajoutés des additifs oxydants utilisés pour fabriquer des sacs et emballages minces qui se fragmentent en microparticules dans la poubelle.

Cette ordonnance renferme de nombreuses autres mesures prometteuses. L’industrie du tabac devra ainsi partager les coûts relatifs au traitement des déchets de filtres plastiques par exemple. Notre vision se concrétise tout doucement…mais la route est encore longue.

Comment pouvons-nous réinventer notre propre quotidien sans plastique ?

Nous livrerons la semaine prochaine d’autres astuces pour vivre avec moins de plastique. Nous serions ravis de vous retrouver sur notre site pour suivre nos actualités.

Vous avez envie de partager avec nos lecteurs vos propres astuces pour supprimer le plastique autant que possible de notre quotidien ? Nous sommes impatients de lire vos commentaires ou réactions dans notre livre d’or !

 

Références :

Si vous souhaitez vous documentez sur ce sujet, nous vous recommandons les sources suivantes, sur la base desquelles les informations de cet article sont tirées :
fr.boell.org/fr/atlas-du-plastique

L’atlas du plastique en PDF est à télécharger ici gratuitement :
https://link.hoerbert.com/lYTA0

Vidéo de la Fondation Heinrich Böll :
https://link.hoerbert.com/OLILc

Informations sur l’interdiction des plastiques jetables dans l’Union européenne :
https://link.hoerbert.com/T1JBu

https://link.hoerbert.com/8VQ6S

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Prix incl. 19% TVA incluse